samedi 14 novembre 2009

Comment être déçu...

La bouffe est chouette à Fatchakulla de Ned Crabb.

Folio Policier, 06/2008, environ 250 pages.
Résumé: Les esprits curieux qui se demanderont quelle était la véritable identité du monstrueux individu qui tuait ses victimes dans le canton de Fatchakulla, Floride (spécialités : marais, ratons laveurs, alligators, fornicateurs et buveurs de bière) en les dépeçant, lacérant, mutilant et semant aux quatre vents, auront tôt ou tard tendance à croire à la responsabilité du Démon dans cette histoire. Erreur. Mais… voyez plutôt. Et prière de ne pas faire trembler les pages du bouquin avec vos doigts.
Mon avis: c’est avec beaucoup d’attente et de joie que j’avais ouvert ce livre, unique roman de cet auteur méconnu, et je me suis laissé emballer par les premières pages où un mystérieux tueur s’en prend aux habitants déjantés d’une petite ville de Floride, mais… quelle ne fut ma déception lorsque je vis au fil des pages un humour totalement médiocre et extrêmement banal, doublé de personnages aussi ringards les uns que les autres et un final absolument catastrophique, qui tombe à plat et nous laisse une seule envie: déchirer le livre! J’ai tout de même réussi à le finir car l’écriture est plutôt fluide et j’avais été emballé par l’identité cachée du tueur… quelle déception! Toutes les éloges étaient tournées vers ce livre « Lisez-le, vous vous fendrez la poire à coup sûr! », « Bondissez sur LE livre le plus hilarant! » , quelles bandes de sornettes! En bref, passez votre chemin, vous n’avez strictement rien raté! Ned Crabb n’est pas un auteur! Précipitez-vous plutôt sur Le Lézard lubrique de Melancholy Cove de Christopher Moore ou bien Cul-de-Sac de Douglas Kennedy, là c’est le summum du roman policer décalé!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire