mardi 22 novembre 2011

Douce Italie...

Le soleil des Scorta de Laurent Gaudé.

Editions Actes Sud, collection Babel, 03/2006, 285 pages.

Quatrième de couverture: « L'origine de leur lignée condamne les Scorta à l'opprobre. A Montepuccio, leur petit village d'Italie du Sud, ils vivent pauvrement, et ne mourront pas riches. Mais ils ont fait voeu de se transmettre, de génération en génération, le peu que la vie leur laisserait en héritage. Et en dehors du modeste bureau de tabac familial, créé avec ce qu'ils appellent « l'argent de New York », leur richesse est aussi immatérielle qu'une expérience, un souvenir, une parcelle de sagesse, une étincelle de joie. Ou encore un secret. Comme celui que la vieille Carmela confie au curé de Montepuccio, par crainte que les mots ne viennent très vite à lui manquer. »

Mon avis: Laurent Gaudé, après ma lecture de son avant-dernier roman, La porte des Enfers, j‘avais été subjugué par la force d‘écriture et l‘imaginaire de cet auteur. Avec Le soleil des Scorta, Goncourt 2004, il devient, à mes yeux, un auteur français incontournable. Si vous n’avez encore jamais découvert cet auteur, c’est l’occasion ou jamais.

Ce roman est une merveille. Très bien construit, il alterne les confessions d’une vieille femme, Carmela Scorta, et le récit de sa famille, et plus largement de toute la lignée des Scorta. Cette famille est née d’un drame et se retrouve confrontée à une malédiction qui frappe sans relâche les membres du clan Scorta. Ces hommes et ces femmes tentent alors d’accéder à une situation stable afin de trouver les voies du bonheur et de la sérénité, dans un paysage aride, calciné par le soleil de l’Italie du Sud. Seuls les oliviers y résistent.

Ce paysage sec et brûlant forme le carcan du roman, et les protagonistes y sont assujettis, voués à une existence gorgée de soleil. La vie et la mort brasse le rythme des journées dans ce petit village du sud de l’Italie, Montepuccio. Les traditions les plus antiques subsistent encore, tout un climat autochtone qui est voué à un cycle éternel, tel un supplice. C’est alors que surgit la lignée des Scorta, véritable cataclysme pour la petite communauté. Ces gens-là sont perçus comme des fous, fils d’un homme sanguinaire, sans foi ni loi. Ce roman, c’est l’histoire des descendants qui essayent de s’extirper de cette réputation sulfureuse pour tenter de construire un avenir stable et heureux à travers une époque qui change et mute sans cesse (des années 1870 à 1980) tout en gardant la fierté d’être des Scorta.

Récit d’une famille avec ses joies et ses peines, Le soleil des Scorta est un roman profondément humain, très émouvant.

Sublime!

1 commentaire:

  1. J'ai beaucoup aimé ce roman, sans doute le meilleur de l'auteur.

    RépondreSupprimer